Modification au Collège échevinal de la Ville de Luxembourg

Suite à l’élection d’Isabel Wiseler-Lima en tant que députée européenne et son annonce de vouloir se retirer du Collège échevinal de la Ville de Luxembourg et continuer de siéger au Conseil Communal, Serge Wilmes, en sa qualité de Président du CSV Stad, a soumis au groupe CSV au Conseil communal la proposition de nommer Maurice Bauer en tant que nouvel échevin.

Serge Wilmes propose aussi de nommer Claudine Konsbruck en tant que porte-parole du groupe CSV au Conseil communal.

Le groupe CSV au Conseil communal a approuvé les deux nominations à l’unanimité.

A l’issue du vote, Serge Wilmes a déclaré : « Je suis content des deux nominations qui permettront d’assurer la continuité au sein du Collège Echevinal et dans notre équipe du Conseil Communal conformément à l’engagement du CSV Stad à 100% pour une Ville humaine et conviviale. Je tiens à souligner le travail très engagé et les nombreuses initiatives d’Isabel Wiseler en tant qu’échevine depuis le début de son mandat pour œuvrer dans l’intérêt des citoyens de la Ville de Luxembourg et je suis convaincu qu’elle s’engagera avec autant d’enthousiasme pour défendre ses convictions européennes. »

Maurice Bauer est pressenti pour reprendre les attributions d’Isabel Wiseler-Lima au Collège échevinal, à savoir l’action sociale, le logement social, les politiques en faveur des personnes âgées et de la jeunesse, les politiques d’intégration et d’égalité entre hommes et femmes.

Les attributions de Serge Wilmes, Premier Echevin, couvrant le développement urbain, parcs, le service de l’architecte, l’informatique, le commerce et tourisme ainsi que les ressorts de Laurent Mosar, à savoir les finances, les biens et la topographie  restent inchangés.

Suite à ce remaniement, le groupe CSV au Conseil communal a également revu les domaines dans lesquels les conseillers communaux s’investissent principalement. Ainsi, Isabel Wiseler-Lima sera en charge des questions environnementales et Claudine Konsbruck, porte-parole du groupe, s’occupera notamment des finances, des questions de sécurité et de la culture. Paul Galles prendra entre autre en charge les dossiers des domaines social et scolaire et du sport, tandis qu’Elisabeth Margue s’occupera de la mobilité, de l’urbanisme, du commerce et de la réglementation communale.

 

Responsabilités du CSV Stad au Collège échevinal

 

Serge Wilmes :

Premier Echevin

Développement urbain

Parcs

Service de l’Architecte

Informatique

Commerce et tourisme

 

Laurent Mosar :

Finances

Biens

Topographie

 

Maurice Bauer :

Action sociale

Logement social

Intégration

Égalité entre hommes et femmes

Personnes âgées

Jeunesse

 

Ressorts couverts par les Conseillers communaux du CSV Stad

 

Claudine Konsbruck :

Porte-parole du groupe du CSV Stad

Finances

Biens et Patrimoine

Sécurité

Culture

 

Isabel Wiseler-Lima :

Environnement

 

Paul Galles :

Action sociale

Logement social

Intégration

Égalité entre hommes et femmes

Personnes âgées

Jeunesse

Education

Sport

 

Elisabeth Margue :

Mobilité

Urbanisme

Commerce

Réglementation communale

L’équipe du groupe CSV au conseil communal – de gauche à droite. : Henry De Ron (Secrétaire du groupe), Elisabeth Margue (Conseillère communale),  Maurice Bauer (nouvel échevin après juillet), Isabel Wiseler-Lima (nouvelle conseillère communale après juillet), Serge Wilmes (Premier échevin), Laurent Mosar (échevin), Claudine Konsbruck (Présidente du groupe, conseillère communale), Paul Galles (conseiller communal) 

Jeter les bases

Les nouveaux échevins de la Ville de Luxembourg sont en fonction depuis fin novembre 2017, les nouveaux conseillers communaux depuis décembre 2017. Après 12 ans en opposition, les élus du CSV se trouvent face à une nouvelle situation, ayant dès lors de nouvelles possibilités et de nouveaux défis à relever. Comment ont-ils profité des premiers mois de responsabilité ? Quelles étaient les priorités du CSV Stad ?

« Ce que nous avons fait pour les citoyens lors des premiers mois au collège échevinal ? Notre boulot », s’exprime Serge Wilmes, premier échevin de la Ville de Luxembourg.

« Notre vision de la ville est très claire. Nous voulons pouvoir garantir une bonne qualité de vie pour tous les citoyens qui y vivent et travaillent. Nous voulons assumer nos responsabilités ainsi que notre rôle pionnier comme capitale du Luxembourg et moteur de la Grande Région, que ce soit au niveau social, culturel ou économique. Les priorités et les défis concrets à atteindre ont été publiés dans notre programme électoral ainsi que dans la déclaration échevinale. Nous nous occupons désormais de la mise en œuvre. Dans certains domaines, nous pouvons miser sur la continuité et un bon travail préparatoire, dans d’autres domaines, nous devons d’abord poser des fondements solides afin que la maison en construction ne s’effondre pas. »

(Laurent Mosar, Romain Diederich, Serge Wilmes, Isabel Wiseler, Maurice Bauer, Claudine Konsbruck)

Ainsi Wilmes fait principalement référence au logement : « Nous envisageons des efforts considérables par les pouvoirs publics, à savoir la Ville elle-même ensemble avec l’ Etat et avec les promoteurs publics, en vue de créer des logements à des prix abordables. À côté de l’habitat haut de gamme, nous allons aménager des endroits publics attrayants dans les quartiers de la ville tout en y impliquant les citoyens.

Nous voulons générer de la joie de vivre et avoir une diversité sociale en ville et pas seulement de simples statistiques sur la population croissante. Afin d’atteindre ces objectifs et d’accompagner de façon compétente des projets de construction privés, l’équipe de la Ville de Luxembourg a été renforcée par quatre architectes supplémentaires. Nous allons ultérieurement dresser un inventaire complet des terrains à bâtir appartenant à la Ville du Luxembourg. Voici deux exemples parmi tant d’autres qui illustrent comment nous allons créer les prémisses pour pouvoir agir de façon conséquente au cours des prochaines années. »

Priorité à l’homme

Isabel Wiseler, échevine des affaires sociales du CSV souligne : « Au début, il nous était important de mieux connaître les employés communaux afin de leur exposer la nouvelle ligne politique ainsi que des projets et idées concrets et, de plus, d’entendre leurs opinions et expériences. En outre, il me tenait énormément à cœur de me faire une idée sur place. Ainsi, au cours des premiers mois en ma fonction d’échevine, je me suis rendue entre autres dans toutes les Maisons des Jeunes et dans de nombreuses structures sociales en ville afin d’accorder la prise de décision aux réalités du terrain et ainsi faire à ce que les responsables, les grands piliers et leurs préposés aient notre reconnaissance, notre confiance et notre soutien pour leur travail précieux. Ils doivent cependant, en contrepartie, accepter que nous insistions sur un travail décent et sur un bon service proposé au citoyen, qu’il soit riche ou pauvre, jeune ou âgé. Nous voulons tous ensemble avoir une influence positive sur la vie des citoyens. »

« Personne ne doit être oublié »

D’après la devise de Paul Galles, conseiller communal du CSV : « Personne ne doit être oublié. » Ceci reflète le leitmotiv du travail de l’équipe du CSV, même s’il n’est pas toujours facile à réaliser. Analysons par exemple la situation dans les quartiers de la Gare, de Hollerich, de Gasperich et de Bonnevoie où de nombreux problèmes sociaux concourent. D’un côté, cette accumulation renforce le sentiment d’insécurité et fait diminuer la qualité de vie pour beaucoup d’habitants de ces quartiers. Les drogues, la prostitution, le sans-abrisme etc. sont, d’un autre côté, des réalités dans notre société que nous avons des difficultés à admettre. Ces réalités incarnent la souffrance humaine : « Nous ne laissons personne en rade, ni les habitants des quartiers mentionnés, ni les personnes en détresse. »

(Paul Galles, Elisabeth Margue)

D’après Laurent Mosar, échevin, « cela signifie que, dans nos discours et dans nos actes concrets, nous allons communiquer surtout aux résidents des quartiers où le taux de criminalité est le plus élevé, que nous nous soucions de leur sécurité et que nous ne les abandonnons pas. Le droit à la sécurité doit aller de pair avec le droit à la solidarité. » De premières mesures ont déjà été prises après concertation avec les concernés et ceci en coopération avec le ministère et la police.

Discutons ensemble

Pour Maurice Bauer, porte-parole du CSV au conseil communal, le contact humain est primordial. Outre l’encouragement des participations citoyennes directes (lors de l’aménagement de lieux publics, comme par exemple  la Place Thorn à Merl et la Place de Paris dans le quartier de la Gare) il faut continuer à affronter les aléas de la vie quotidienne des citoyens. En tant qu’homme politique, on ne peut pas toujours intervenir partout. Pourtant, on doit consacrer à chaque citoyen le temps qu’il mérite, ce que le CSV Stad essaie de garantir, ensemble avec son partenaire de la coalition. « Lors des inondations récentes au Paffenthal, nous avons tous compris sur le coup que nous devrions aider les habitants de la façon la plus simple qui soit. », s’exprime M. Bauer. À présent, grâce à une analyse approfondie des origines des inondations, il faudra assurer que cela ne se répète pas constamment. Au cours des mois précédents, on était toujours à l’écoute des citoyens et on s’est mis à la disposition des gens qui se trouvaient dans une impasse, comme par exemple dans le cas récent de l’exploitant du « Coffeebike », le projet « Hariko », la maison « Wichtelhaus », les arbres dans l’Avenue de la Gare, les problèmes de certains commerçants, etc. Trouver une solution n’est pas toujours évident, pourtant il faut tout mettre en œuvre.

Travailler sereinement jusqu’en 2023

« La politique se laisse souvent emportée par l’ère du numérique, les Smartphones et les réseaux sociaux. On réagit souvent avant d’agir », regrette Claudine Konsbruck, conseillère communale. « Il nous semble évident que nous ferons le bilan en 2023, et non pas avant. » Vu la situation démographique de la ville avec ses 160 nationalités différentes, la cohésion sociale constitue un enjeu majeur. La force d’intégration de l’école publique, mais aussi le sport et la culture jouent un rôle essentiel. Le conseil communal désire mettre l’accent sur ces aspects, tout en développant l’offre de l’aide aux devoirs à domicile et en soutenant davantage des projets qui mettent en valeur l’éducation culturelle des enfants et adolescents. « Des activités créatives, culturelles ou sportives unissent et apportent l’épanouissement de la personnalité. »

Se concentrer sur l’avenir

Elisabeth Margue, la plus jeune membre du CSV au conseil communal, se dit confiante en parlant des défis à venir, surtout en ce qui concerne la « Smart City », la digitalisation et la durabilité ; que ce soit au niveau du logement avec la création de quartiers urbains à caractéristiques écologiques, au niveau de la mobilité douce et de la mobilité électrique ou même au niveau du recyclage, – en somme, de nombreuses opportunités s’esquissent. Elisabeth Margue s’enthousiasme : « Il nous attend beaucoup de travail, mais également un développement fascinant tout comme de nombreuses possibilités intéressantes pour participer à la construction de l’avenir. »

Passerelle pour piétons et cyclistes installée sous le Pont Adolphe – Froen un de Schäfferot vun der Stad Lëtzebuerg / Questions au collège échevinal de la Ville de Luxembourg

Question posée par Maurice Bauer, Conseiller communal

Passerelle pour piétons et cyclistes installée sous le Pont Adolphe

Je viens d’apprendre par RTL que la passerelle pour piétons et cyclistes installée sous le Pont Adolphe va être fermée pour 6 semaines à partir du lundi 4 juin. Au vu du grand succès et de la forte fréquentation de la passerelle par les cyclistes et les piétons au quotidien (ainsi que des touristes qui en profitent pour des vues imprenables), je me permets de vous soumettre les questions suivantes :

  • Quelles sont les raisons pour avoir mis un tapis provisoire sachant que la pose du tapis définitif entraînerait une fermeture de plusieurs semaines, moins d’un an après l’inauguration, peu avant les élections communales en septembre 2017?
  • Qui a décidé du moment de fermeture au mois de juin ; moment particulièrement mal choisi, puisque le mois de juin est probablement un des mois de l’année avec le plus d’affluence
  • Au vu du grand nombre de piétons qui fréquentent la passerelle et qui prévoit des espaces marqués pour piétons beaucoup trop petits, ne serait-il pas plus opportun de créer sur la passerelle une circulation mixte piétons/cyclistes de type « shared space », permettant une véritable cohabitation entre les deux et qui oblige chacun à prendre égard aux autres utilisateurs, ou sinon toute autre solution qui assure un espace dédié suffisant aux piétons.

Le règlement général de police dans le contexte de la loi interdisant la dissimulation du visage dans certains lieux publics – Froen un de Schäfferot vun der Stad Lëtzebuerg / Questions au collège échevinal de la Ville de Luxembourg

Question posée par Claudine Konsbruck, Conseillère communale

Le règlement général de police dans le contexte de la loi interdisant la dissimulation du visage dans certains lieux publics

Le règlement général de police de la Ville de Luxembourg prévoit en son article 49 une interdiction de paraître à visage couvert en public.

La loi créant une infraction de dissimulation du visage dans certains lieux publics a été votée en première lecture par le Parlement en date du 3 mai 2018 et sera publiée prochainement au JO.

Cette loi interdit de dissimuler tout ou partie du visage dans certains lieux publics, tels p.ex. les transports publics, les établissements scolaires, les établissements hospitaliers, les bâtiments des autorités judiciaires, etc.

  • Est-ce que le règlement de police de la ville est affecté par l’entrée en vigueur de cette loi?
  • Dans l’affirmative, est-ce que le collège échevinal a l’intention d’adapter l’article 49 du règlement de police?

Emplacements pour personnes à mobilité réduite – Froen un de Schäfferot vun der Stad Lëtzebuerg / Questions au collège échevinal de la Ville de Luxembourg

Question posée par Maurice Bauer, Conseiller communal

Emplacements pour personnes à mobilité réduite

Lors de la récente réunion du Syndicat d’intérêts locaux de Gasperich, plusieurs doléances en relation avec des besoins en place de parking pour personnes à mobilité réduite ont été abordées.

Ainsi à Gasperich, les membres de la section locale de l’Amiperas rencontrent souvent des problèmes pour se garer à côté de leur salle de réunion mise à disposition par la Ville de Luxembourg, sise 8, Place Sauerwiss. Le parking à côté du local est régulièrement encombré par des camionnettes qui, depar leur taille, gênent des personnes à mobilité réduite de sortir de leur voiture.

Est-ce qu’il serait possible d’installer une place de parking pour personnes à mobilité réduite à côté du local de réunion de la section locale de l’Amiperas à Gasperich afin de faciliter l’accès aux personnes concernées?

De même, il serait opportun d’installer une place de parking pour personnes à mobilité réduite dans le centre de Gasperich près des commerces au lieu-dit « bei der Auer ». En 2017, deux emplacements pour voitures électriques ont été installés à cet endroit, rendant ainsi la situation d’accès aux commerces plus difficile, et ce particulièrement pour les personnes à mobilité réduite.

Ecole fondamentale de l’école Michel Lucius au Limpertsberg – Froen un de Schäfferot vun der Stad Lëtzebuerg / Questions au collège échevinal de la Ville de Luxembourg

Question posée par Claudine Konsbruck, Conseillère communale

Installation de l’école fondamentale de l’école internationale Michel Lucius au Limpertsberg

L’école fondamentale anglophone de l’International School Michel Lucius qui a commencé à la rentrée 2017 est actuellement installée dans la construction modulaire de la rue Charles IV à Belair avec ses 280 élèves.

L’école va emménager dans les locaux du lycée Vauban au Limpertsberg déjà après Pâques.

Cette décision va à l’encontre des efforts déployés par la Ville visant à décharger le quartier de Limpertsberg de certains établissements scolaires et ce afin de calmer la circulation dans ce quartier résidentiel.

  • Est-ce que les autorités communales ont été associées à ce projet ?
  • Est-ce que des modalités pour un transport commun des enfants et un plan de mobilité sont prévus afin d’éviter que des centaines de parents déposent leur enfant chaque matin devant l’école ?
  • Quelle est la durée prévisible de cette installation provisoire dans les locaux du lycée Vauban ?

Question concernant la vidéosurveillance en Ville de Luxembourg – Froen un de Schäfferot vun der Stad Lëtzebuerg / Questions au collège échevinal de la Ville de Luxembourg

Question posée par Maurice Bauer, Conseiller communal

Vidéosurveillance en Ville de Luxembourg

Lors d’une intervention au journal télévisé de RTL du 15 avril 2018, le Vice-Premier Ministre et Ministre de la Sécurité intérieure a déclaré qu’il est en train de discuter avec la Ville de Luxembourg une extension de la vidéosurveillance plus généralisée dans le quartier de la Gare afin de « renforcer le sentiment de sécurité des habitants du quartier ».

  • Après cette déclaration publique, est- ce que vous pouvez informer le Conseil Communal sur l’état d’avancement des discussions ?
  • Quelles sont les endroits visés par cette éventuelle extension de la surveillance vidéo, puisque le ministre a parlé lors de sa déclaration de « am Garer quartier iwerall » ?
  • Est –ce que les discussions portent également sur une extension de la surveillance sur les quartiers avoisinants et notamment le quartier de Bonnevoie, puisque souvent la vidéosurveillance entraine un déplacement des personnes qui craignent une telle surveillance ?
  • Dans un souci de permettre aux forces de l’ordre de montrer une présence plus visible sur le terrain dans ce quartier et renforcer ainsi le sentiment de sécurité des habitants du quartier, est- ce que vous savez si le nombre de policiers affectés au territoire de la Ville de Luxembourg a augmenté proportionnellement à la croissance de la population durant les dernières années (plus de 30% d’augmentation de la population sur 10 ans) ?

Occupation des rez-de- chaussées au centre-Ville – Froen un de Schäfferot vun der Stad Lëtzebuerg / Questions au collège échevinal de la Ville de Luxembourg

Question posée par Claudine Konsbruck, Conseillère communale

Occupation des rez-de- chaussées au centre-Ville

La Ville de Luxembourg a prévu des règles précises pour l’occupation de surfaces louées situées au rez-de- chaussée d’immeubles du centre-ville.

Ainsi, l’article D.3.1.1. sur la zone mixte urbaine ( MIX-u) de la partie écrite du PAP Quartier existant «  Secteur protégé de la Vieille Ville » prévoit que toute affectation existante au rez-de- chaussée d’un immeuble sous forme d’activités d’artisanat, de commerce, de prestation de services, de restaurants ou de débits de boissons doit être maintenue respectivement remplacée par une activité correspondant à ces catégories.

Or, il faut constater l’installation de bureaux de permanence de partis politiques et d’agences immobilières dans les rues du centre-ville.

  • Est-ce que ces occupations sont conformes aux prescriptions du PAG et des PAP QE ?

Aide aux devoirs pour enfants – Froen un de Schäfferot vun der Stad Lëtzebuerg / Questions au collège échevinal de la Ville de Luxembourg

Questions posées par Claudine Konsbruck, Conseillère communale

Mise en place d’un programme d’aide aux devoirs pour enfants

La déclaration échevinale de décembre 2017 déclare que l’aide aux devoirs pour les enfants inscrits à l’école fondamentale sera introduite dans les quartiers de la Ville les mardis et jeudis après-midis.

La Ville de Luxembourg en tant que plus grande commune du pays et avec sa population hétérogène et internationale doit jouer un rôle précurseur en ce domaine.

J’aimerais connaître les projets concrets du collège échevinal sur ce point.

  • Quelles sont les intentions de la Ville ?
  • Y a-t’il un ou plusieurs modèles dont la Ville pourrait s’inspirer ?
  • Quel est le calendrier prévisible pour la mise en place?