Prendre conscience de notre multiculturalité

Prise de conscience nécessaire tant pour les Luxembourgeois que pour les habitants de la Ville ayant une autre nationalité.

Tous les sondages semblent concorder : la Ville de Luxembourg est un espace où il fait bon vivre. S’y côtoient les aspects d’une petite ville paisible, comme

ceux des vraies métropoles. D’un côté d’agréables quartiers résidentiels, de courtes distances, de nombreux espaces verts, peu de circulation hors des grands axes et de l’autre une offre culturelle

de renom, une présence accrue de la langue anglaise, un centre de décision européen, mais surtout une multitude de nationalités, de langues et de cul- tures se côtoient et s’enrichissent tous les jours. C’est probablement ce air international qui donne à notre ville- forteresse-antique son côté moderne
et dynamique. Une population jeune et active remplit nos rues et les pave de vie. Une population aux origines luxem- bourgeoises s’enrichit jour après jour de nouveaux « Luxembourgeois » de cœur, d’esprit, ou simplement de passage.

L’action citoyenne

Les « Luxembourgeois à la nationali- té étrangère » font partie de la Ville

de tous les jours et constituent la majorité de ses citoyens – la popu- lation étrangère de la ville s’élève à quelque 65% de la population totale. Si nous voulons que les hommes et les femmes qui habitent cette ville soient ceux qui déterminent ce qui s’y passe, il faut une participation citoyenne qui dépasse le cadre des Luxembourgeois de nationalité. Il faut que nous mettions tout en œu- vre pour que le plus grand nombre possible d’électeurs potentiels soient des électeurs de fait. Nos campagnes « de recrutement » pour inciter à voter doivent être percutantes et se donner les moyens de réussir. Mais espérons surtout que chacun de

ceux qui ayant reconnu l’importance d’aller voter en parlera autour de
lui et entraînera dans son sillage beaucoup d’autres.

Nous ne devons d’ailleurs pas canton- ner nos efforts à inciter à la partici- pation aux élections. D’autres passés, d’autres horizons font que l’acte de voter ait moins d’importance pour cer- taines personnes – surtout l’obligation de voter semble constituer pour certains un frein au choix de s’inscrire

sur les listes électorales. Cela ne veut pas dire que ces personnes ne sont pas prêtes à l’action citoyenne: un engage- ment dans une association de parents d’élèves, dans le bénévolat, dans

un club local, dans un comité d’une équipe, mais aussi dans un syndicat de quartier ou une commission commu- nale… peuvent être les premiers pas vers une participation directe à la vie politique du pays. Efforçons-nous donc de faciliter et d’inciter à l’implication de tous à ce niveau-là.

Ne nous privons pas les uns des autres

Ne nous privons pas les uns des autres, l’enrichissement mutuel que nous nous apportons va de pair avec les nombreux problèmes matériels que la cohabitation amène. Toutes les forces, toutes les idées sont nécessaires pour en venir à bout. Ne laissons pas la barrière des langues devenir un prétexte à ériger entre nous d’invisibles murs. La pratique de la démocratie est exigeante envers les citoyens. Protégeons-la par un engagement fort.

Isabel Wiseler-Lima

Méi Liewensqualitéit

Bouneweg a speziell de Süden vun der Stad kritt net déi Opmierksamkeet an Unerken- nung vun der Politik geschenkt déi et verdéngt ! Gett de Kuch verdeelt, ginn mir oft eidel aus, vun den Sozialinfrastruk- turen ofgesinn. Do sinn mir ëmmer dobäi.

CSV Bouneweg fuerdert a steet fir:

• Keng weider a nei Sozialinfrastrukturen genre Fixerstuff a Foyer Ulysse an onse Wunnquartiere, ma eng kohärent a gerecht Sozialpolitik. Moss ass voll! Gemeng Lëtzebuerg, de Süden a besonnesch Bou- neweg kënnen net «foyer d’accueil» vun allen sozialen Problemer an Infrastrukturen am Land sinn. Politik an aner Gemengen sinn deemno och gefuerdert hier Responsabi- litéit an dësem däregen Dos- sier ze huelen, Stéchwuert «Dezentralisatioun»;

Méi Polizeipräsenz a Street- worker, r méi Sécherheet an onse Wunnquartiere;

• Den Reaménagement vun der Place Léon XIII r dat Bouneweger hier Platz och erëm frei an ongestéiert notze kennen;

• Eng modern a polyvalent Sportshal, déi den Uspréch an Ufuerderungen vun alle Bouneweger Veräiner gerecht gëtt;

• Färdegstellung vum RFCUL Trainingskomplex, rue Ana- tole France;

• Eng de nitiv a kanner- gerecht Infrastruktur r
de Foyer Scolaire Demy Schlechter. A Container ass a bleift ëmmer eng Iwwerg- angsléisung;

• Keen Siichtschutz ma nei Hecken r de Stade Camille Polfer, wei et ëmmer wor;

• Transparenz a Kommunika- tioun a Saache Chantieren. Gestioun ass eng eenzeg Katastrof, siehe Place du Parc;

• Eng néi Kanalisatioun r rue Tony Dutreux, wou regelmé- isseg Waasser an de Kelleren steet;

• Keng Container ma eng néi ëmweltfrëndlech Offallpoli- tik (siehe Leitartikel);

• Gemengesubsiden r ener- getesch Bauen a Sanéieren z’ënnerstëtzen.

Alain BIREN
President CSV-Bouneweg

Eng ëmweltfrëndlech Offallpolitik ouni Container

Quizfro: Déi se net hunn ver- laangen se, déi se hunn ver- uchen se ? Rieds geet ëm déi ominéis Container. Si droen näischt zum Landschaftsbild bäi, bréngen Gestank, Kaméidi an zousätzlechen Dreck aus den Nopeschgemenge mat, well vill vun hinnen an Zwë- schenzäit e «pollueur–payeur» System ageféiert hunn.

D’Ofallcontainer an onse Quartiere lafe regelméisseg mat Knascht iwwer obwuel den Hygiènesdéngscht se «all» Dag eidel mécht; een Däiwels- krees! Dobäi däerften déi Stat- er Bierger net méi Knascht wéi soss am Land produzéieren.

Fakt ass, dat dëse System net méi Zäitgeméiss ass, de Recyclingscenter op der Areler Strooss aus alle Néit platzt an Populatioun weider wiisst, ouni dass sech eppes un der Offallpolitik an deene läschte Joeren geännert hätt. Hei gouf vill wichteg Zäit verluer, wat mëttelfristeg zu engem seriéi- se Problem féieren wärt, wann Politik weiderhin an Immobilissem verfällt.

Dëse Schäfferot huet an der Offallpolitik, enger wichte-
ger Gemengenkompetenz, kläglech versot, well ouni Visiounen, Saaft a Kraaft. Vu gréngen Akzenter an dem uge- kënnegten neie Wand (brong Dreckskëschten ausgeschloss) keng Spuer!

Fazit, «wou gréng drop steet, ass nach laang net Gréng dran».

Container mussen aus onse Quartiere fort! Wat mir brauchen ass e neit, modernt, ef zient an ëmweltfrëndlech Offallkonzept dat weiderhin r all Stater Bierger, gratis an einfach zougänglech bleift.

Zousätzlech kleng dezentral Recyclingscenteren mat en- gem Kaarteliessystem wären eng méiglech Alternativ. Eng aner géif doran bestoen, net nëmmen de Plastik nom Var- loluxsystem, ma och Glas, de Pabeier an Gréngs no engem xe Kalenner bei Leit a klenge praktesche Kierf virun der Hausdier asammelen ze kom- men. Dëst hätt een duebelen Virdeel. Leit bräichten sech net méi ze deplacéieren, deemno CO2 frëndlech, an Participa- tioun géif och zouhuelen well elo endlech och déi manner mobil Bevëlkerung um Tri a Recyclage kéinten deelhuelen, wat onserer Ëmwelt a Gemeng sécher zegutt géif kommen.

Op jiddefall kënne a wëlle mir deem trauregen Containerspill, Ofalltourismus an Immobilis- sem net méi tatenlos nokuk- ken. D‘Stad braucht endlech e neit a kohärent Ofallkonzept wat der Liewensqualitéit an de Quartiere méi gerecht gëtt. Dofir steet CSV Bouneweg, dofir steet CSV Stad !

Alain BIREN
President CSV-Bouneweg

Mobilisons-nous pour un Kirchberg respectueux de ses habitants!

En 1960, le plateau du Kirchberg était vierge de toutes construc- tions. Depuis lors, des travaux d’urbanisation ont profondément modi é le paysage et un nouveau quartier de la Ville du Luxembourg fut créé.

Or, saviez-vous que, malgré
ces grands travaux, le plateau du Kirchberg ne gure pas sur la liste des grands projets de transformation urbaine de la Ville de Luxembourg?

Avez-vous été informés des conséquences qu’aura dans votre quotidien la connexion de la route du Nord au rond-point Serra près de Luxexpo? Et de l’impact des projec- tions de population qui annoncent quelque 20.000 résidents et 100.000 travailleurs sur le plateau du Kirch- berg à partir de 2020?

Ne souffrez-vous pas aux heures de pointe du tra c croissant?

Constatez-vous aussi pendant les weekends une déserti cation inquié- tante des quartiers ?

Tous ces faits sont la conséquence des politiques menées jusqu’à pré-

sent, des choix et des non choix qui ont été faits.

Pour améliorer la qualité de vie sur le plateau du Kirchberg, nous vous proposons concrètement:

• un développement proactif de l’offre des activités sociales, spor- tives et culturelles au Kirchberg; le secteur du bénévolat est sous développé dans notre quartier

et il appartient de plus en plus aux responsables communaux d’encourager et de développer la vie sociale sous tous ses aspects dans tous les quartiers, y compris sur le plateau du Kirchberg;

• la transformation de tous les quar- tiers résidentiels en zones limitées à 30 km /h a n de réduire les ris- ques d’accidents et les nuisances sonores:

• une coopération renforcée
avec les responsables du Fonds d’Urbanisation et d’Aménagement du Kirchberg a n de mieux intégrer la dimension sociale et humaine dans les futurs projets d’urbanisation;

• la création d’un réseau d’information ef cace par internet, des réunions de quartiers et des envois périodiques pour tous les ménages;

• le développement de commun- autés d’intérêts partagés comme des garderies d’enfants a n de permettre aux nombreux résidents étrangers de s’intégrer vite et bien dans la société luxembourgeoise.

Michel Lanners
Président du Syndicat d’Intérêts Locaux Weimershof

Adlerauge sei wachsam!

Wenn man auf dem Blvd Kennedy stadt- einwärts fährt und nach links in Richtung Weimershof abbiegen will, ist höchste Vorsicht geboten. Nicht nur ist die Ampel mit dem grünen Pfeil hinter einem Schilderwald versteckt, sondern man kann immer nur hoffen, dass der Gegenverkehr zum Stehen kommt. Biegt man nun bei Grün ab, dann setzen sich unverhofft die Busse in ihrer Busspur in Bewe- gung und man tritt überrascht auf die Bremse, um sie vorbei zu lassen. Diese Kreuzung ist eine echte Gefahrenzone und gilt generell überdacht zu werden.

Ma vie au quotidien autour de l’Hôpital Kirchberg

Depuis peu j’ai déménagé avec mon mari et mon fils du quartier Weimershof vers ce nouveau quartier au- tour de l’Hôpital du Kirchberg. Cette toute nouvelle partie du Plateau Kirchberg est en mutation constante et souffre des nombreux chantiers. Or plusieurs doléances des habitants reviennent toujours. Mesdames et Messieurs, les responsables, veuillez trouver ci-dessous une brève liste de nos souhaits:

Il y a une demande pour la réalisati- on d’emplacements pour personnes à mobilité réduite, à différents endroits devant les commerces/ restaurants

  • Finalisation de la chaussée
    ainsi que la réalisation de rampes d’accès aux garages dans la rue Leydenbach et rue Charles Bernhoeft, qui se trouve en chantier depuis 2 années déjà.
  • Réaménagement des places de jeux à cause du revêtement «splitter» qui a été utilisé, au lieu d’une surface propre et plus sûre pour nos enfants.
  • Dressage de piquets pour éviter le stationnement des voitures a l’intérieur de la place de jeux (rue Leydenbach) avec implantations des panneaux d’aménagements pour parcs publiques
  • Réalisation de parkings spéciaux pour livraisons.

Si vous aussi, chers lecteurs, chers habitants du Plateau Kirchberg, vous avez des doléances, n’hésitez surtout pas à nous contacter. Nous nous engageons pour vous, a n d’aider à réaliser la qualité de vie que nous souhaitons tous.

Mme Liliane Failla-Bechdolt
Vice-Présidente CSV Plateau Kirchberg

Die Chance nutzen

Die Gemeindewahlen am 9. Oktober 2011 stehen vor der Tür. Alle Parteien rüsten sich und es herrscht Wahl- kampfstimmung unter dem Volk.

Auch für uns, als Einwohner des Pla- teau Kirchbergs, gilt es, diese Chance nicht zu verpassen. Allzu viele Jahre warten wir bereits darauf, einen Vertreter unserer Interessen in den Reihen der Gemeinderatsmitglieder wiederzu nden. Für alle Einwohner des Plateau Kirchbergs gilt es daher, die lokalen Matadore zu unterstüt- zen und für sie, im Arbeits-, Famil- lien- und Freundeskreis die Werbe- trommel zu rühren.

Als CSV ist ganz klar unser oberstes Ziel, die Lebensqualität der Bürger auf dem Plateau Kirchberg und allen angrenzenden Stadtteilen weiter zu erhöhen. Unsere Anliegen sind keine überteuerte Fussgängerbrücke nach Cents, welche von uns Anwohnern vom Plateau Kirchberg kaum einen Nutzen nden wird oder zusätzli- che Vél’oh Stationen, nein unsere Prioritäten sind konkret, bürgernah und bürgerorientiert: Verkehrsberuhi- gungen, eine attraktive Flaniermeile, Unterstützung lokaler Geschäfte und Vereinen, Gestaltung eines Kerns in den verschiedenen Teilen vom Pla- teau als Treffpunkt für die Einwohner, Integration und Miteinbeziehen der Bürger in die Gestaltung des Le- bensraumes. Wir wollen kein steriles Aneinanderreihen von Wohnsilos, sondern einen Stadtteil mit Herz und Seele, mit zwischenmenschlicher Kommunikation.

Das Plateau Kirchberg ist auf dem Weg zum größten Ballungszentrum der Stadt Luxemburg zu werden.
Bei 30% Luxemburger Einwohnern, 70% Ausländern und darunter über 60% Single-Haushalten gilt es,
unser Wohnviertel mit all seinen reichhaltigen Facetten zu betrachten und zu formen. Gerade jetzt werden zukunftweisende Entscheidungen für das Gesicht vom Plateau Kirchberg getroffen. Bei diesem rasanten Entwicklungsprozess dürfen wir nicht fehlen oder tatenlos zusehen. Unterstützen Sie uns bei unseren Bemühungen.

Gilles Bley
Präsident CSV Plateau Kirchberg

Der Abrisswahn geht weiter … Wir bleiben wachsam!

Unser Stadtviertel ist und bleibt eines der schönsten
und wohnlichsten Viertel der Stadt Luxemburg. Erbaut seit dem Ende des 19. Jahrhunderts,

stellt es mit seinen zahlreichen Villen und harmonischen Häuserensembles immer noch ein urbanes Juwel dar. Leider ist unser Viertel, vor allem in seinem unteren Teil bereits stark verbaut. Diese architektonisch zum Teil grässlichen Zweckbauten aus den 70er bis 90er Jahren beruhen auf Fehlentscheidungen in der Stadtentwicklungsplanung, die von der Stadtverwaltung im Allgemeinen Bebauungsplan (PAG) festgeschrieben wurden und somit allgemein gültig sind.

Auch heute stehen die zugelassenen Bau- höhen in vielen Straßen auf Limpertsberg noch immer nicht im Einklang mit der be- stehenden Bausubstanz. Es ist klar, dass ein Haus mit zweieinhalb Stockwerken in

einer Straße, wo die Gemeindeführung eine Bauhöhe von fünfeinhalb (!) Stock- werken zulässt, kaum Chancen hat, dem Bauboom und dem dadurch entstehende ökonomischen Druck zu entkommen. Dadurch sind manche erhaltenswerte Ensembles von stilvollen Wohnhäusern aus der Jahrhundertwende sowie der 1. Hälfte des 20. Jahrhunderts bedroht.

Der Architektur- und Denkmalschutz der Stadt Luxemburg lässt hier noch immer auf sich warten … In der rue Henri VII und angrenzenden Straßen sollten jetzt 46 Häuser dank des Wirkens der staatli- chen Denkmalschutzbehörde geschützt werden. Bürgermeister Helminger ließ diese Anfrage, die vom Gemeinderat in der letzten Sitzung begutachtet werden sollte, von der Tagesordnung nehmen, es steht also derzeit noch ein Fragezeichen über dem Fortgang dieser für den Erhalt des Stadtbildes auf Limpertsberg so wichtigen Maßnahme.

Ein besonderes und zugleich auch top- aktuelles Beispiel ist die Abrissgefähr- dung eines bemerkenswerten Doppel- hauses auf Nummer 18 bis 20 rue Alfred de Musset. Dieses Haus mit seinem stilvollen symmetrischen Eingangsbereich aus Sandstein und seinen auffälligen ,Zwillingstüren‘ aus den 1920er Jahren ist aufs Äußerste vom Abriss bedroht!

Dies ist umso unverständlicher als dass dieses Haus in seiner Form ein Unikat auf dem gesamten Stadtgebiet darstellt. Das Buntglasfenster im Treppenhaus mit seinem Windmühlenmotiv ist eindrucks- voll und zeugt von dem Interesse des Bauherren an dem noch ländlichen Cha- rakter des ,neuen‘ Stadtviertels Limperts-

berg am Anfang des 20. Jahrhunderts: schließlich gab es auch auf dem Gebiet der Stadt Luxemburg in höhergelegenen Lagen Windmühlen (i.e. „Gaalgeknupp“ und das Gebiet um die heutige Maternité an der route d’Arlon). Es steht außer Frage, dass dieses Haus in der rue Alfred de Musset erhalten werden muss!

Alles in allem kommt die aktuelle Schief- lage der Bebauung in den traditionellen Wohnvierteln der Stadt Luxemburg dadurch, dass stilvolle Wohnhäuser schutzlos der Immobilienspekulation ausgesetzt sind. Spekulanten, die mit dem Bau von Appartmentblocks große Gewinne erzielen, treiben die Preise so hoch, dass eine Familie, die ein Haus renovieren und restaurieren möchte, um darin zu wohnen, dieses Haus überhaupt nicht mehr kaufen kann.

Wohnhäuser sollten dem Wohnen vorbe- halten sein! Deshalb setzen wir uns ein, dass die Gemeinde alle ihr zur Verfügung stehenden Mittel auch einsetzt, damit die Zerstörungen unser Bausubstanz ein Ende haben. Parallel dazu soll die Mitar- beit mit der staatlichen Denkmalschutz- behörde, die die Mittel hat, Bürgern und Gemeindeverantwortlichen bei dieser Aufgabe zu helfen, weiter ausgebaut werden.

War die Abrissbirne erst einmal in Aktion, ist die Bausubstanz de nitiv aus unserem Stadtbild verschwunden, das darf nicht sein!

Dr Martine Mergen
Präsidentin CSV Stad

Interview avec Lucien Thiel, Président du groupe parlementaire CSV

Monsieur Thiel, vous êtes récemment devenu président du groupe parlementaire du CSV, quels sont les projets les plus importants pour les mois à venir?

La marche à suivre pour le groupe parlementaire découle évidemment
du programme gouvernemental et des propositions législatives élaborées par les services gouvernementaux. D’autre part il doit être tenu compte de l’évolution de l’environnement politique a n de réagir le cas échéant à des situations nouvel- les. Pour l’instant l’actualité politique
est dominée par des dossiers tels que l’adaptation des procédures parlemen- taires au semestre européen destiné à aboutir à une meilleure coordination des politiques budgétaires nationales sur
le plan européen, par la réforme de la fonction publique et par celle du système de pension du secteur privé.

Vous êtes souvent décrit comme un lobbyiste libéral. Que répondez-vous à cette description?

Le terme de lobbyiste a pris une connota- tion péjorative injusti ée car quiconque s’engage pour une cause donnée se com- porte déjà en lobbyiste. Par conséquent

il faut se mé er de diaboliser la notion voire de la rapprocher de comporte- ments illicites du genre corruption. Moi personnellement, je n’éprouve pas la moindre honte pour mon engagement pendant 15 ans au service de notre place nancière qui après tout est devenue la vache laitière du pays et de ses habitants. Il en va de même pour l’adjectif libéral que certains m’attribuent et qui ne me gêne nullement dans la mesure où il est synonyme de tolérance, de respect de l’opinion de l’autre, de solidarité et de liberté individuelle, mais une liberté qui s’arrête là où elle heurte celle de l’autre.

A côté de votre mandat de député, vous êtes également conseiller communal à la Ville de Luxembourg. Est-ce qu’il vous reste suffisamment de temps pour vous y consacrer?

Le tout est une question d’organisation, de dosage des priorités des différents do- maines d’activité. A côté du pays, j’aime aussi la ville qui est la mienne. Par con- séquent il va de soi que, une fois lancée dans la politique, j’ai essayé de combiner les aspects nationaux avec ceux de la vie communale, qui, sans être identiques, peuvent quand même se chevaucher. D’autre part, il ne faut pas oublier que les responsables politiques disposent d’une assistance dans leur travail quotidien de la part des structures de leurs partis et groupes politiques.

Quelles sont vos attentes pour les élections communales?

Notre parti a été évincé non pas par l’électeur, mais par le jeu des alliances politiques du collège échevinal lors des élections en 2005 et s’est vu relégué au banc de l’opposition au Knuedler. Avec l’aide des électeurs nous espérons pou- voir corriger cette situation le 9 octobre prochain et reprendre le rôle qui nous revient dans notre ville.

A vos urnes – votez!

Le 9 octobre cette année sera une journée impor- tante pour notre ville. Nous pouvons tous, luxembour- geois et non-

luxembourgeois, nous exprimer sur les femmes et hommes qui seront appelés à siéger au conseil communal.

Je peux voter! Faire un choix rime avec donner force à sa voix: C’est VOUS qui pouvez être acteur de votre commune en choisissant vos repré- sentants (conseillers communaux)
qui défendront vos intérêts pour les 6 ans à venir. Avec ce message, l’of ce luxembourgeois de l’accueil et de l’intégration souligne l’importance de TOUS participer au scrutin électoral du 9 octobre prochain.

Pour les non-luxembourgeois qui souhaitent participer aux élections

communales le 9 octobre prochain, il suf t de vous inscrire auprès de la commune.

La Ville de Luxembourg est une ville
à dimension internationale avec 65 % de toute la population étant des non- nationaux. La Ville de Luxembourg pro te de cette situation exceptionnel- le constitue une richesse humaine, culturelle et professionnelle.

Le CSV a également envie de vous connaître et a créé le CSV Interna- tional. Le CSV International œuvre à faciliter l’intégration des étrangers au sein du CSV, pour une meilleure impli- cation dans la vie politique et civile du Luxembourg.

Le CSV International s’adresse à tous les résidents ne parlant pas luxembour- geois et est ouvert à toute personne qui souhaite s’investir plus activement au sein du CSV.

Nous lançons donc une invitation cha- leureuse à toute personne s’intéressant aux travaux et à la politique menée par le CSV de rejoindre le CSV Interna- tional a n de contribuer ensemble à améliorer davantage l’intégration et la cohésion sociale dans notre pays.

Si vous êtes intéressés par cette initiative du CSV ou si vous souhaitez discuter avec nous sur les élections communales ou toute autre sujet, rendez-vous sur www.csv.lu ou con- tacter le secrétariat général du CSV au 22 57 31-1, respectivement au csv@csv.lu

Maurice Bauer
Vice-président CSV Stad
Président CSV International
mbauer@pt.lu