Commerces au Centre-Ville en difficulté

Claudine Konsbruck_portratNotre ville est actuellement en grande mutation et ceux qui en souffrent le plus sont les commerçants de la Ville-haute et de la Gare. Il ne s’agit certes pas des marques de luxe ou franchises qui ont d’autres ressources financières, mais des commerces locaux.

Le sujet des chantiers n’est pas nouveau. Même si des efforts ont été entrepris, il faut constater que les résultats obtenus restent insuffisants. La Ville peut et doit mieux faire dans la planification dans le temps et dans l’espace des travaux.

Certaines décisions de la Ville ont compliqué l’accès. Ainsi p.ex. à cause de la décision de fermer à la circulation la fin de l’avenue Monterey les voitures sont déviées soit vers le boulevard Prince Henri, soit vers l’avenue Marie-Thérèse. L’accès devient indirect et décourage certaines personnes. Notre fraction est d’avis qu’il faudrait chercher une solution pour rouvrir ce passage à la circulation.

Beaucoup de commerçants et clients se plaignent du comportement agressif ou déplacé de certains mendiants. Pourquoi ne pas suivre l’exemple donné par des communes à l’étranger et interdire la mendicité dans certaines rues de la capitale ?

Les services sociaux de la Ville offrent une panoplie de mesures de soutien aux personnes défavorisées ; il faut néanmoins encore renforcer les efforts afin qu’elles fassent la démarche pour s’adresser à eux.

Claudine Konsbruck
Conseillère communale