Pas de place pour les familles à Luxembourg

L’étude FOREG portant sur la qualité de vie dans la Ville de Luxembourg qui a été réalisée pour la Ville de Luxem- bourg et qui est consultable sur son site internet incite à de nombreux égards
à la ré exion. Cette étude qui fait une analyse sociologique des habitants de notre ville permet de ré échir aux prob- lèmes qui se posent actuellement et qui risquent de s’aggraver à l’avenir.

Le problème récurrent de l’augmenta- tion du prix de l’immobilier et des loyers qui se pose dans notre ville
est spécialement pointé du doigt par l’étude qui ne manque pas de rappeler que c’est à Luxembourg et dans sa proche agglomération que les prix sont les plus élevés.

L’étude FOREG montre également que 70 % des ménages établis dans la Ville de Luxembourg sont composés d’une ou de deux personnes et que la taille moyenne des ménages est de 2,18 personnes alors que dans le reste du pays la taille moyenne des ménages est supérieure.

Ce constat re ète que les familles avec enfants sont moins présentes dans la Ville de Luxembourg que dans le reste du pays.

Faute de moyens nanciers suf sants pour se payer un logement adapté, de nombreux couples qui avant de fonder une famille ont longtemps habité

à Luxembourg doivent s’installer à con- trecœur en dehors de la Ville lorsqu’ils ont des enfants.

Cet exode n’entraîne pas seulement
un déséquilibre non souhaitable dans la structure sociale de la Ville mais également des inconvénients au niveau de la mobilité en ville.

Le plus souvent ces exilés, lorsqu’ils ont une activité professionnelle, l’exercent sur le territoire de la
Ville de Luxembourg. Ces personnes

lorsqu’elles habitaient dans la Ville de Luxembourg pouvaient pro ter des courts trajets et le cas échéant des transports en commun de la Ville pour rejoindre leur lieu de travail dans un temps de trajet raisonnable. Après leur déménagement de la Ville ils partici- pent à l’augmentation du ot des na- vetteurs qui rejoignent la Ville tous les matins et qui engendre les problèmes de circulation que l’on connaît.

Le problème qui se pose est que l’offre de maisons ou d’appartements adaptés à la vie en famille à plusieurs est trop faible sur le territoire de la Ville. En raison de la forte demande les prix augmentent sans cesse.

Il faut entreprendre une politique pour mettre n à cette injustice qui frappe les jeunes familles et leur permettre de continuer à vivre en ville.

Pour faire face à cette situation il fau- dra prendre des mesures permettant de diminuer les loyers et les prix d’acquisition d’immeubles adaptés à une vie en famille à plusieurs.
L’actuel collège échevinal n’a pris aucune mesure signi cative pour augmenter l’offre de terrains à la vente sur lesquels de nouvelles habitations pourraient être construites.

La densité de l’habitat est faible à Lux- embourg et la possibilité d’augmenter l’offre de terrains à bâtir existe.
Des réserves de terrains importantes existent sur le plateau du Kirchberg, à Merl, Hollerich, Belair et Cessange. Il faudrait rapidement procéder au lotisse- ment des zones qui s’y prêtent pour que des unités d’habitation adaptées aux familles à un prix raisonnable puissent être construites en nombre important. Ce n’est que par ce biais que les familles avec enfants retrouveront leur place en ville.

Henri Dupong