Motion du groupe CSV au Conseil communal de la Ville de Luxembourg au sujet de la mobilité douce en Ville, déposée par Maurice Bauer, conseiller communal

Motion déposée par Maurice Bauer, conseiller communal

Considérant que l’accord de coalition 2011-2017 prévoit de « réaliser un concept général pour piétons sur le territoire de la Ville »

Considérant la présentation en avril 2016 d’un concept pour piétons pour la Ville de Luxembourg avec des propositions de mesures positives à court, moyen et long terme

Considérant parmi les mesures à court terme des adaptations concernant la coordination des feux ainsi que des mesures d’aménagement de trottoirs

Considérant que même les mesures à court terme n’ont pas toutes été initiées après plus d’un an et que l’ensemble des mesures proposées  ne saurait constituer un réel concept de mobilité piétonne

Considérant que dans plusieurs quartiers il existe encore des rues qui n’offrent pas de trottoir et constituent donc un danger réel pour la sécurité des piétons

Considérant que la situation de nombreux piétons notamment des personnes plus âgées  s’est aggravée  depuis la réorganisation et le nouvel aménagement des lignes de bus avec des distances plus grandes à parcourir pour accéder par exemple au centre-ville

Considérant l’extension louable du réseau cycliste en Ville ces dernières années, mais constatant que celui-ci n’offre pas de voies séparées et sécurisées cohérentes et continues (existence de voies cyclables qui s’arrêtent abruptement, obligeant ainsi les cyclistes à s’engager en pleine circulation) seules capables de donner un sentiment de protection aux cyclistes, surtout aux cyclistes débutants, prudents et occasionnels

Considérant que ces incohérences du réseau entrainent que nombre de cyclistes utilise soit le trottoir, soit le parc municipal et qu’il n’y a toujours pas de règles claires concernant la cohabitation des piétons et des cyclistes, notamment pour le parc municipal

Considérant l’absence de prise en compte de la mobilité douce lors de la planification des chantiers (par exemple Ban de Gasperich, Limpertsberg, boulevard Joseph II)

Considérant le remplacement très lent de l’éclairage des passages à piétons par un éclairage plus performant qui permette d’augmenter la visibilité des piétons et ainsi leur sécurité

Considérant l’absence d’indicateurs de temps restant pour traverser un passage à piétons aux carrefours les plus fréquentés

Considérant également un temps de passage au vert qui reste souvent un réel défi  pour nombre de personnes, surtout pour des piétons plus âgées

Considérant le sentiment d’insécurité pour beaucoup de piétons pour traverser le parc municipal

Invite le collège échevinal:

  • à présenter au Conseil Communal un bilan des mesures prises à court terme
  • à élaborer un réel concept de piétons, digne de ce nom, avec un plan d’action en y incluant et associant tous les acteurs concernés, les citoyens intéressés, les syndicats d’intérêts locaux, les représentants des écoles
  • à dresser un inventaire des endroits ou rues qui n’offrent pas de trottoir et d’en installer ou en cas d’impossibilité d’élaborer des solutions alternatives protégeant les piétons qui sont les acteurs les plus vulnérables de la mobilité urbaine
  • à élaborer avec les concernés des règles claires de cohabitation entre cyclistes et piétons, notamment pour le parc municipal, ou bien de veiller à la mise en place de voies séparées pour les cyclistes et les piétons au niveau du parc municipal
  • à mettre enfin en place un réseau de voies cyclables séparées et sécurisées, sinon à veiller à trouver des solutions viables pour assurer la cohérence et la continuité des voies qui actuellement s’arrêtent abruptement et obligent ainsi les cyclistes à s’engager en pleine circulation
  • à planifier en priorité et au plus vite un remplacement de l’éclairage des passages à piétons actuels par un éclairage plus performant afin d’augmenter la visibilité des piétons et ainsi leur sécurité
  • à augmenter le temps de passage au vert pour les piétons au niveau des carrefours les plus fréquentés et à envisager l’installation des compteurs à rebours pour informer les piétons du temps restant
  • à analyser les possibilités d’augmenter le sentiment de sécurité des citoyens dans le parc municipal par une amélioration de l’éclairage
  • à inclure dans l’organisation des chantiers une obligation de trouver une solution alternative pour la mobilité douce (vélos, piétons)
  • à préparer un débat futur sur le sujet au Conseil Communal